La Domotique connait depuis quelques années, un nouveau départ. On parle de Smarthome, de Domotique 2.0 ou encore d’Habitat connecté mais face à ces nouveaux termes et à l’intérêt grandissant du grand public à propos de ces technologies, chacun souhaiteobtenir un morceau du gâteau que représente ce marché. Nous en sommes encore qu’au début de l’acceptation de cette technologie par le grand public et la progression de ce marché est très encourageante.
  En effet, si nous regardons un peu la courbe de diffusion de l’innovation de Roger (statisticien Américain mort en 2004), on peut se dire que la Domotique nouvelle génération n’en est qu’au stade du « Early Adopters », c’est à dire un type de personne qui va s’intéresser de prêt à cette technologie, souvent par lui-même, et qui sera parmi les premiers utilisateurs. Mais ce type de personnes ne représente que 15% maximum du marché de masse et on peut donc envisager une énorme progression si la technologie passe dans la phase d’acceptation par le grand public.

Bien évidemment, les sociétés qui sont présentent au lancement de cette technologie, peuvent espérer tirer une bonne partie des parts de marché des ventes au grand public. Faut-il encore présenter des produits suffisamment adaptés aux besoins de ces derniers, et savoir innover pour faire face à la concurrence grandissante qui ne manquera pas d’apparaître.

L’opportunisme de marché commence à apparaître sur la période du « Early Majority », c’est à dire lorsque l’on est proche de l’acceptation de masse et que le marché s’envole. De nombreuses personnes souhaitant obtenir une part de ce marché grandissant, il faut faire attention au choix des produits que l’on souhaite acheter en tant que consommateur. Certains points inhérents à la Domotique doivent être connus par le consommateur final, sous peine de faire un investissement dans le vide et donc de perdre de l’argent.

Le marché mondial est aujourd’hui bien en place, mais les mauvaises expériences s’accumulent déjà pour certains. Et c’est le cas de nombreuses sociétés qui décident de concevoir leur propre box Domotique, dans l’espoir, soit de capter le client et de l’enfermer dans sa marque, ou de proposer des services restreints à un contexte bien particulier. Le problème est que souvent, ces sociétés n’y connaissent rien en termes de Domotique et se lancent dans des projets sans queue ni tête et finalement sans avenir, tout en dépensant des sommes folles dans une fausse innovation.

En France, de plus en plus de solutions comme cela risquent d’apparaître, développées par des sociétés dont ce n’est pas le métier. Et malheureusement cela fini souvent mal. C’est le cas, par exemple, des opérateurs téléphoniques, qui ont chacun sortis une offre de Domotique sans vraiment s’y connaître et faisant finalement marche arrière quelques temps après. L’offre HomeLive d’Orange en est peut-être malheureusement un exemple.

Partie en 2015 sur de bonnes bases, ils développent une offre basée sur de bons produits disposant de la norme Z-Wave. Les très bonnes marques Fibaro et Aeon Labs sont utilisées pour les modules, mais la box Domotique est développée en interne en partant sur un socle « Vera » (une box déjà existante dans l’écosystème Domotique moderne). Et malheureusement, Orange va brider un maximum les possibilités, et la box sera soumise aux mises à jour d’Orange en matière d’évolution des fonctionnalités et des modules compatibles. La simplification de l’interface à outrance ne permettait pas de configurer comme on le souhaitait les modules, réduisant ainsi les possibilités offertes par ce dernier. Frustrant. Encore plus lorsqu’Orange décide de mettre fin au service en Juillet 2017. Fini donc les mises à jour et les possibilités d’évolutions du système. Le SAV et les hotlines sont pour le moment maintenus mais pour combien de temps encore ?

La réglementation en termes de communication Machine to Machine (M2M) par carte SIM a changé au 1er Juillet et les numéros de téléphone sont passés de 10 à 14 chiffres suite à une demande de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes). La box Homelive serait donc devenue obsolète à ce niveau, et donc plus commercialisable. C’est du moins la raison officielle annoncée. Orange plancherait sur une nouvelle version de HomeLive, mais ne doit-on pas être sensiblement refroidit par cette expérience…

Qu’en est-il donc de ces sociétés qui se lancent dans la Domotique (c’est le cas de certaines assurances par exemples), mais dont ce n’est pas le métier ? Et bien mon conseil est de faire très attention à ce que vous achetez. Le choix de la norme est la première chose à décider. Une norme ouverte, évolutive est à privilégier. Concernant les box, tournez-vous vers des sociétés dont c’est le métier et qui sont un minimum reconnues, autant pour leur sérieux, que pour leur longévité sur le marché (même si ce dernier est relativement jeune).  Personnellement, si j’investis 1000 ou 2000€ dans de la Domotique, j’espère que cela va me durer un bon nombre d’années et que je pourrai faire évoluer mon installation au fur et à mesure des nouveaux produits et des nouvelles innovations.

C’est pourquoi chez Domotique-Facile.Fr, nous avons fait le choix de la marque Fibaro. Présente dans de nombreux pays dans le monde, la marque est spécialisée dans la Domotique depuis 2007. Elle offre des produits à la hauteur des attentes de nos clients et a les épaules solides. Un bon investissement sur l’avenir, car la marque a montré son désir de développer sa gammes de produits et de laisser une grande ouverture à d’autres marques qui viennent compléter son écosystème (comme SONOS, Netatmo, Google, etc…).

On a un peu plus de mal à faire confiance à une marque comme SOMFY qui historiquement, développe des volets roulants par exemple (point sur lequel, ils sont cependant parmi les meilleurs). Après libre à chacun de se faire son opinion mais désormais vous avez un peu plus de cartes en main pour faire votre choix en toute connaissance !

D’autres conseils pour bien choisir sa Domotique sont à venir !